Mon Espace

Calendrier lunaire biodynamique

Calendrier lunaire biodynamique

Le calendrier lunaire biodynamique réside en partie sur le respect du calendrier lunaire qui se définit comme un calendrier réglé sur les phases de la lune. Dans celui-ci, un mois du calendrier est appelé lunaison. Dans le cas d’un calendrier lunaire tenant compte des saisons, on parlera de calendrier luni-solaire. L'utilisation du calendrier lunaire en biodynamie, donc la prise en compte par les agriculteurs de l'influence lunaire dans son approche de l'agriculture, a conclu à l'appeler plus généralement calendrier biodynamique.

Rappels sur la biodynamie ou l'agriculture biodynamique : Un des principes biodynamiques réside dans le fait de croire en l’influence des forces cosmiques et terrestres sur les sols et les plantes. La biodynamie ou agriculture biodynamique, dont les bases ont été posées par Rudolf STEINER, propose donc une approche de culture tenant compte des forces cosmiques et terrestres, comme les rythmes de la Lune et des planètes. L’idée est donc en biodynamie de suivre les rythmes lunaire et planétaires pour capter leurs forces cosmiques et ainsi dynamiser les plantes, les sols et par conséquent la culture au sens général. Ces principes biodynamiques peuvent s'appliquer au potager, au jardin, en agriculture bio, en viticulture biodynamique et à tous types de végétaux (légumes, fleurs, fruits, arbres, vigne, plante, etc...).

Les cycles et les phases lunaires

Pour rappel et notions de base, on distinguera les deux cycles lunaires et les quatres phases lunaires. Lors de sa rotation autour de la Terre, la Lune est croissante (cycle ascendant), puis décroissante (cycle descendant). Ce mouvement ascendant puis descendant de la Lune a une durée d’un peu plus de 27 jours. Selon Rudolf STEINER, ces cycles lunaires, ou mouvements ascendants et descendants de la lune, ont une incidence sur les plantes et les sols, dont le cultivateur tient compte au quotidien pour favoriser les cultures. A l’inverse, les quatre phases de la lune qui sont la nouvelle lune, le premier quartier, la pleine lune et le dernier quartier, n’ont que peu d’incidence sur la culture des plantes, ou qu'une influence secondaire.

Les douze constellations zodiacales

Lors de sa rotation autour de la Terre, la Lune passe au travers des 12 constellations du zodiaque que nous connaissons tous. Par observation de la nature, nos aïeux agriculteurs on remarqué que les plantes se comportaient différemment selon les constellations traversées par la Lune. Par observation et déduction, il a été conclu que la Lune transmettait à la Terre et aux plantes ses forces cosmiques, mais aussi des forces issues de son passage devant chaque constellation. Ces douze constellations sont divisées en 4 groupes: Constellation d’Eau, d’Air, de Feu et de Terre. On rapproche respectivement ces 4 groupes de constellations aux 4 organes des plantes: Feuilles, Fleurs, Fruits et Racines. En tenant compte de ces 4 groupes, le cultivateur effectuera ses gestes sur les types de plante ou végétaux adéquat. Le classement des végétaux dans un un type dépend de la partie consommée de la plante.

Utilisation du calendrier lunaire en biodynamie

En tenant compte des deux cycles lunaires, le “cultivateur” effectue les opérations et gestes nécessaires aux plantes pour profiter des bienfaits de la Lune de manière optimale. Le principe d’utilisation du calendrier lunaire repose donc sur le principe d’adapter et réaliser les gestes de culture selon les rythmes de la Lune et les rythmes cosmiques. Durant la Lune ascendante, la lune monte dans le ciel tout comme la sève dans les plantes ce qui favorise la croissance des parties aériennes des plantes. Par conséquent, dans cette période, lorsque la lune est en ascendante, on favorisera les gestes de culture suivants: semis, récoltes.
Durant la Lune descendante, la Lune redescend dans le ciel et la sève des plantes redescend vers les racines des plantes. Par conséquent, en Lune descendante, on privilégiera les gestes de culture suivants: travail, enrichissement des sols, traitement naturel préventif, taille, éclaircissement, division, bouturage et récolte des légumes-racines.

De ce calendrier lunaire découle le calendrier biodynamique qui définira par exemple:
- les travaux à réaliser en lune croissante ou décroissante,
- les travaux à réaliser en lune montante (préparations du sol pour le semis, préparation 501, etc...),
- les travaux à réaliser en lune descendante (préparations 500 et 500P selon Maria Thun et Matthias Thun),
- etc...

Pour la petite anecdote lors d’une formation de taille en « guyot mixte », le travail a commencé par regarder le cep. Tout est question d’observation, de bon sens avec un zeste de théorie (pour la désignation des parties du cep). Un pied fort n’aura pas la même taille qu’un pied plus faible. C’est évident comme approche tout comme l’est la biodynamie : pourquoi refuser l’évidence ?

Tout est réalisé dans le respect de la vigne afin qu’il y ait le moins de déséquilibre possible. Gérald le répète : ce sont les déséquilibres qui engendrent les différentes maladies comme par exemple le fameux mildiou. Tailler la vigne en respectant ses forces de vie permet d’avoir un terreau favorable à une croissance forte et saine et d’avoir un raisin sain de qualité qui permettra au vigneron d’exprimer tout son talent. C’est comme un grand chef : il ne peut rien faire de bon sans bons produits.

En pratique, pour jardiner ou cultiver en biodynamie, il convient de suivre le calendrier biodynamique pour profiter des effets positifs de la Lune en associant ses mouvements ascendants et descendants (cycle lunaire) et les constellations du zodiaque que la Lune traverse avec les types de végétaux ou "légumes" qui correspondent: Légumes-Feuilles, Légumes-Fleurs, Légumes-Fruits et Légume-Racines. Pour s’assurer de suivre le calendrier lunaire, on peut alors se référer aux différents ouvrages, livres et calendriers lunaires que l’on peut trouver dans les librairies et magasins spécialisés de jardinage. Ce type d’ouvrage doit bien sûr se renouveler chaque année.

En biodynamie, et pour tous types de culture, l’emploi des calendriers lunaire ou biodynamique est souvent judicieux, mais il ne faut pas s’y référer comme à une liste rigide de gestes à réaliser à un moment précis. La bonne utilisation de ce type de calendrier est avant tout d’adopter le principe d’observation de la nature en fonction des rythmes lunaires et cosmiques pour adapter les gestes de culture au moment jugé le plus opportun. Finalement, l'utilisation raisonnée de ce calendrier reste un guide qui favorisera la croissance, dynamisera les sols, organisera le travail dans un objectif d'améliorer la productivité tout en garantissant le respect de la nature.

Calendrier, viticulture et vins

De façon générale, le calendrier lunaire biodynamique est utilisé dans toutes cultures de plantes: jardinage, agriculture, potager, viticulture, agriculture biodynamique, etc… Dans le cas particulier de la viticulture, l’utilisation du calendrier lunaire repose sur le principe d’adapter les gestes à réaliser dans les vignes en tenant compte du rythme de la Lune et des planètes. Par exemple, le travail du sol, les opérations de tailles de la vigne, les préparations, les périodes de fermentations et les périodes de dégustations de vins peuvent être appréhendées selon le calendrier biodynamique.